Autisme·Psychophobie

Le modèle social du handicap

Cet article est une traduction d’un article en anglais, The social model of disability.

Le modèle social du handicap dit que le handicap est causé par la manière dont la société est organisée, plutôt que par la différence ou la déficience d’une personne. Ce modèle cherche à enlever les barrières qui restreignent les choix de vie des personnes handicapées. Lorsque ces barrières sont enlevées, les personnes handicapées peuvent être indépendantes et égales au sein de la société, avoir le choix, et avoir le contrôle de leurs propres vies.

Les personnes handicapées ont développé ce modèle social, parque le modèle médical traditionnel n’expliquait pas leur expérience personnelle du handicap, et n’aidait pas à développer des manières de vivre plus inclusives.

Une déficience est définie par une limitation, à long-terme, des fonctions physiques, mentales ou sensorielles d’une personne.

Changer les attitudes envers les personnes handicapées

Les barrières ne sont pas seulement physiques. Les attitudes existant dans la société sont basées sur des préjugés, des stéréotypes, et du validisme (et de la psychophobie) (1). Ces attitudes empêchent les personnes handicapées d’avoir des opportunités égales de faire partie de la société.

Le modèle médical du handicap

Le modèle social du handicap dit que le handicap est causé par la manière dont la société est organisée. Le modèle médical, lui, dit que les personnes sont handicapées par leurs déficiences et différences.

Dans le modèle médical, ces déficiences et différences doivent être « réparées » ou changées par des traitements (médicaux ou autres), même lorsqu’ils ne causent pas de souffrance ou de maladie.

Le modèle médical regarde ce qui « ne va pas » chez la personne, et non ce dont elle a besoin. Il crée de très basses attentes, et amène les gens à perdre leur indépendance, le choix, et le contrôle de leur propre vie.

Exemples

Une personne utilisant un fauteuil roulant veut entrer dans un immeuble avec un escalier à l’entrée. Dans le modèle social, une rampe est présente pour que la personne puisse entrer immédiatement. Dans le modèle médical, il n’y a que très peu de solutions pour permettre à cette personne de monter les escaliers, ce qui l’exclut de nombreuses activités essentielles et de loisirs.

Un adolescent avec un truble de l’apprentissage souhaite vivre de manière indépendante dans sa propre maison, mais ne peut payer le loyer. Dans un modèle social, cette personne sera aidée, pour pouvoir payer son loyer. Dans un modèle médical, cette personne devra peut-être vivre dans un foyer collectif.

Un enfant avec une déficience visuelle veut lire le dernier best-seller, pour pouvoir en parler avec ses amis (voyants). Dans un modèle médical, il n’y a que peu de solutions. Dans un modèle social, cet enfant aura accès à un enregistrement audio du livre dès sa première publication. Plus généralement, cet enfant pourra participer aux activités culturelles.



(1) Le validisme est l’oppression qui vise les personnes physiquement handicapées.

La psychophobie est l’oppression qui vise les personnes mentalement handicapées, ou plus généralement, les personnes dont le fonctionnement mental ne correspond pas à ce qui est socialement attendu.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s