Psychophobie

Buffy et les neuroatypies : Glory et ses fous (7/7)

glorificus

Je n’ai pas de problème avec la personnalité de Glory, qui est une des méchantes les plus drôles de la série à mon avis. 

Ma critique ne porte pas sur ses traits de personnalité, mais sur tout ce qui est développé autour d’elle (et le thème de la folie et du cerveau).

Je pense d’ailleurs que le personnage (d’aristocrate déchue narcissique, kitsch, dans l’exagération, voulant retrouver sa dimension et le pouvoir…) aurait marché sans ça.

Les fous de Glory

La saison 5 aborde la question de la folie régulièrement. La méchante principale, Glory, est une déesse de l’Enfer déchue (et enfermée dans un corps humain). Elle a besoin d’absorber l’énergie mentale des humains afin de maintenir sa propre santé mentale.

Lorsqu’elle le fait, ses victimes deviennent « folles ». La série ne les montre pas comme, par exemple, schizophrènes ou avec un autre trouble spécifique, mais juste comme « folles ». C’est à dire, déblatérant des propos incohérents, n’étant pas conscientes de ce qui se passe autour d’elles, étant presque des légumes…

Lorsque cela arrivera à Tara, on parlera même de « trou dans la tête ». On n’est pas loin de dire qu’il leur manque une case… littéralement. Glory dit avoir besoin de « manger un cerveau ». Autrement dit, quand elle rend les gens fous, elle leur enlève leur cerveau. Autrement dit encore, fou = pas de cerveau.

Tara (qui n’est JAMAIS violente dans son état normal) se montrera agressive et giflera Willow, pendant sa phase de folie. Ce qui entretient l’idée que folie = violence.

La manière dont Glory rend ces gens fous (en les touchant) évoque le cliché (psychophobe) selon lequel la folie serait contagieuse, comme la grippe. Cliché qui pousse des gens à ne pas fréquenter, par exemple, de schizophrènes, parce qu’on sait jamais…

De plus, ces fous sont représentés comme une masse d’individus plus ou moins interchangeables, ayant justement perdu ce qui faisait leur individualité. Masse qui bouge comme un seul homme. Ces personnes ont aussi perdu leur autonomie de pensée, d’action et de décision (ils sont des légumes mentaux et obéissent totalement à Glory).

Il aurait été préférable d’éviter ça, surtout dans une société qui ne considère pas les personnes neuroatypiques comme des personnes à part entière, et pense qu’elles sont toutes un peu pareilles.

Revenons à l’intrigue. Glory se sert d’eux pour construire sa tour. Et dans la saison 6, épisode 2, Dawn et Buffy sont sur cette tour à nouveau. Dawn hurle à sa sœur de partir, que la tour est instable car « elle a été construite par des fous ». Et juste après la tour s’effondre.

Bref, la représentation de ces personnes enchaîne les clichés psychophobes. On pourrait se dire que « ces épisodes ne parlent pas des personnes ayant de vrais troubles psychiques, mais de personnes victimes d’une déesse de l’enfer qui a mis la main dans leur cerveau ».

Certes, mais il n’empêche que ces personnes sont internées en hôpital psychiatrique, qu’elles sont appelées « les fous » par tout le monde, et que les clichés utilisés sont les mêmes que ceux contre les personnes neuroatypiques et psychiatrisées dans la réalité. De toute manière, tous les éléments surnaturels de la série sont des métaphores de la réalité.

La folie causée par un élément surnaturel

La série utilise ce schéma à deux niveaux. Glory elle-même est instable, se sent très mal et perd régulièrement sa lucidité parce qu’elle n’est pas dans sa dimension d’origine, et qu’elle est piégée dans un corps humain.

Et les victimes de Glory deviennent folles parce qu’une déesse a mis sa main dans leur cerveau. Dans les deux cas, cause surnaturelle.

Ce schéma existe dans beaucoup de séries, films, romans… Un personnage va par exemple être schizophrène ou autiste, ou en avoir des traits, parce qu’il a une origine extraterrestre, ou suite à une intervention divine, ou suite à une malédiction. Il y a même une œuvre qui décrit les autistes et les psychopathes comme de lointains descendants de vampires (aujourd’hui disparus)…

Ce schéma existe aussi dans la réalité malheureusement. Au Moyen-Âge, les enfants autistes étaient considérés comme des changelins, crées par des fées, qui auraient volé les véritables enfants (non-autistes, donc).

Aujourd’hui, dans certains pays, des enfants autistes sont assassinés, chassés de leur maison et stigmatisés pour sorcellerie. Et dans le monde entier, des parents imposent à leurs enfants neuroatypiques un exorcisme, attribuant leur condition à de la magie ou à une possession démoniaque…
D’autres parents pensent que leurs enfants neuroatypiques sont des enfants Indigo et les embarquent dans des délires sectaires.

Il serait donc préférable de ne pas utiliser ce schéma dans des séries, alors que depuis des siècles et encore aujourd’hui, cette idée fait des ravages et des morts.

En plus, cela rend les personnes neuroatypiques exotiques (les personnes NA sont exotisées dans la vraie vie aussi…).

Et puis, montrer des personnages de fous, et expliquer ça par une cause mystique, ça sous-entend quelque part que cette folie est tellement bizarre et inexplicable, qu’elle ne peut s’expliquer par aucun facteur normal.

Bien évidemment, dans la réalité, les neuroatypies s’expliquent parfaitement. Par des facteurs biologiques. Mais aussi par des facteurs environnementaux (pauvreté, consommation de drogues, violences, prise en charge mauvaise ou inexistante…), notamment pour le stress post-traumatique, l’anxiété, les phobies ou la dépression. En particulier les traits les plus négatifs dans les troubles psy (souffrance, violence, désespoir…) sont souvent crées ou exacerbés par la société.

Lorsqu’il y a des personnes neuroatypiques qui sont dans un état catastrophique (comme ces fous-légumes que la saison 5 nous montre), la réponse n’est pas à chercher dans une cause mystique, mais dans la manière dont elles ont été traitées pour en arriver là.

Enfin, le cliché télévisuel « neuroatypie causée par le surnaturel » fait écho à l’idée (présente dans la vie réelle) que les neuroatypies, c’est contre-nature. Que les personnes neuroatypiques ne devraient donc pas exister, ne devraient pas être ce qu’elles sont.

Ce thème de la folie contre-nature se retrouve dans les histoires de malédictions, ou ici, dans l’histoire des gens dont une déesse a volé le cerveau… et dont la santé mentale est rétablie lorsqu’elle est vaincue.

Non seulement Buffy nous montre Glory et ses victimes comme n’ayant pas toute leur tête à cause de phénomènes mystiques, mais en plus, la série donne aux fous des pouvoirs de vision (liés à leur état mental).

Les fous qui voient le monde surnaturel et le futur

Toutes les personnes avec un trouble mental ou psychique sont capables de voir que Dawn n’est pas humaine, mais la Clé (une boule d’énergie verte) sous forme humaine. Aussi bien les victimes de Glory, qu’un SDF (qui doit avoir un trouble psy) ou Joyce (la mère de Buffy) qui a des accès de délire à cause d’une tumeur.

Tara, après que Glory l’ait touchée, est folle donc. Et elle crie à Giles « You’re a killer ». Dans quelques épisodes, Giles tuera Ben. Autrement dit, Tara, parce que folle, a eu un pressentiment du futur…

Ce schéma se retrouve également dans beaucoup d’œuvres. On voit des personnes schizophrènes, autistes… (simplement parce qu’elles le sont) être seules capables de communiquer avec Dieu, des anges, des extraterrestres, des fantômes, de voir les autres dimensions ou le futur, etc. Bref, ces personnes ont un accès à un niveau supérieur de réalité, inaccessible aux personnes lambda.

Ce schéma rend également les personnes neuroatypiques exotiques. De plus, il les rend plus proches de la nature que les autres.

La binarité fou / normal

Pour finir, on a une division très binaire et absolue entre les fous et les autres (établie par le fait que certains peuvent voir la vraie nature de Dawn, d’autres non).

D’ailleurs, les victimes de Glory retrouvent leur pleine santé mentale quand Glory est vaincue. C’est comme un bouton ON/OFF. Ils sont normaux, puis ils sont fous, puis ils sont normaux à nouveau, de façon instantanée.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Buffy et les neuroatypies : Glory et ses fous (7/7) »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s