Psychophobie

Buffy et les neuroatypies : les personnages humains en général (5/7)

Des personnages neuroatypiques nombreux et divers

On l’a vu, il y a au minimum trois personnages centraux neuroatypiques (Willow, Tara et Oz), et plus si on compte Faith, Buffy, Anya, Marcie Ross et Dalton. Dans le lot, deux personnages sont présents dans tous les épisodes (Buffy et Willow).

J’ai choisi de compter Dalton, car d’une part, il est représenté comme un personnage réaliste et non comme un cliché, et d’autre part, il reste humain dans sa tête (même si c’est un vampire). Ce qui causera sa mort d’ailleurs.
Je ne compte pas Drusilla et Glory, qui sont démoniaques à tous les niveaux. De plus, Glory et Drusilla sont plus des clichés que des personnages atypiques réalistes selon moi.

Ces personnages sont très divers dans leurs centres d’intérêt, leur histoire, leur personnalité, leurs talents… Ils ne se résument pas à leurs atypies, et encore moins à des stéréotypes.

De plus, la plupart des séries et films préfèrent montrer des personnages neuroatypiques qui collent à la norme dans les autres domaines, parce que sinon ça risquerait de « faire trop » pour certains spectateurs… En conséquence, ces personnages sont en général des hommes cis, blancs, valides, hétéros, chrétiens / athées, de classe moyenne / sup et j’en passe.

Buffy montre plus de diversité de ce point de vue. Commençons par ce qui manque, tous les personnages atypiques sont blancs (la plupart des personnages tout court le sont).

Pour le reste, la série s’en sort bien. Faith est pauvre. Tara est lesbienne, Willow devient lesbienne, et il y a un gros sous-entendu de flirt entre Faith et Buffy (qui ne sont donc pas forcément hétéros mais peut-être bi). Tara est wiccane. Willow est wiccane (par sa foi et sa pratique), et juive (par sa culture et sa famille). Et sur ces huit personnages, six sont des femmes.

Et on a un couple de femmes lesbiennes neuroatypiques, ce qui est encore plus rare comme combinaison. Ce qui amène le sujet suivant.

Les relations amicales et amoureuses entre personnages neuroatypiques

Les personnes neuroatypiques subissent une lourde injonction à avoir des amis neurotypiques, et à sortir et être en couple avec des personnes neurotypiques.

Je ne sais pas comment c’est pour les autres, mais dans le cas de l’autisme je peux en parler en détail.

Cela passe par les parents et l’entourage, qui souvent enjoignent lourdement à « se faire des amis » mais râlent dès qu’on traîne avec des « marginaux », des gens « bizarres », des « fous », des « intellos », des « cancres » et j’en passe.

Cela passe par les thérapies comportementales et les cours d’habileté sociale, qui cherchent à nous apprendre à comprendre la pensée des neurotypiques, à anticiper leurs attentes et leur comportement, à s’y adapter, et à avoir l’air neurotypiques.

Cela passe par les livres qui disent que les autistes doivent apprendre à « comprendre la pensée des autres » (hello Baron-Cohen), ou qui parlent des relations de couple en ne mentionnant QUE des relations autiste / neurotypique, comme si c’était la seule option (hello Tony Attwood).

Et cela se retrouve aussi, malheureusement, dans les séries et dans les films, où les personnages neuroatypiques sont presque systématiquement en couple avec des neurotypiques, ou attirés par des neurotypiques (qu’ils veulent draguer), ou en train de rechercher l’amitié des neurotypiques, etc etc. A côté de ça, les amitiés et les couples entre neuroatypiques sont rarement montrés.

Derrière ça, il y a l’idée que les neurotypiques sont centraux et indispensables, que toute personne neuroatypique DOIT absolument rechercher leur contact et leur approbation. Il y a aussi l’idée qu’une personne neurotypique apporte une valeur ajoutée dans une relation (amicale ou amoureuse) simplement en étant neurotypique. Un couple autiste / autiste vaut moins qu’un couple autiste / NT, parce que dans le second couple, il y a une personne NT.

Bref, cette idée est totalement psychophobe. Non pas qu’on ne puisse pas avoir des amis neurotypiques et sortir avec, ou qu’il n’y ait pas des neurotypiques qui en vaillent le coup (ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit). Cependant, je ne pense pas qu’on en ait absolument besoin et qu’on ne puisse s’en sortir sans.

D’ailleurs, dans la pratique, faire peser l’injonction sur les personnes neuroatypiques d’avoir des amis et des partenaires neurotypiques (alors qu’elles sont justement rejetées par les neurotypiques en général), c’est une exigence extrêmement lourde et compliquée. De plus, cela va pousser des personnes à accepter des relations irrespectueuses ou carrément abusives, à se comporter comme des carpettes, à accepter d’être des plantes vertes, à abandonner leurs centres d’intérêt… justement pour gagner et conserver l’amitié et l’amour de neurotypiques.

Je suis vraiment, vraiment, contre cette idée. Je la trouve dangereuse.

Quel rapport avec Buffy, du coup ? Eh bien, dans Buffy, cet écueil est évité. On voit des amitiés entre personnes neuroatypiques. Par exemple, entre Willow et Buffy, entre Tara et Buffy (dans la saison 6).

De plus, on voit deux couples de personnes neuroatypiques. Je veux parler de Willow et Oz, et de Willow et Tara.

Ces couples ne sont d’ailleurs pas montrés comme tout roses, ils ont leurs crises et finissent assez mal, mais c’est pareil pour les autres couples de la série (Buffy / Angel, Buffy / Riley, Buffy / Spike, Xander / Anya…).

Les schémas intéressants

J’en parlais dans les articles précédents, donc je vais rappeler brièvement.

Les fous qui commettent des crimes sans raison, parce que fous (évité)

Willow, Faith et Anya sont neuroatypiques. Elles ont toutes les trois tué des gens. Anya a aussi transformé des hommes en monstres, fait tomber des pénis… Faith et Willow ont agressé et tenté de tuer des gens. Et les trois s’en sont prises, d’une façon ou d’une autre, à des innocents.

Pour autant, la série montre cela de manière cohérente avec leur personnalité et leur parcours de vie, leur donne des raisons logiques d’agir, et ne les diabolise pas.

Ce qui montre qu’on peut avoir des personnages neuroatypiques qui ne sont pas ou pas totalement « des gentils » sans pour autant tomber dans la psychophobie la plus crasse.

La psychophobie subie par Willow et les autres

Willow n’est pas perçue par les gens, de manière directe et explicite, comme neuroatypique. Elle n’est jamais traitée d’autiste, de folle, de psycho… par ses camarades. Et elle n’a aucun diagnostic.

Pour autant, les gens se rendent compte qu’elle n’est pas neurotypique (ils la voient surtout comme excentrique, intello, bizarre, solitaire, pauvre victime…).

La psychophobie a une partie évidente (le sommet de l’iceberg), c’est à dire le harcèlement scolaire, l’exclusion sociale et la stigmatisation.

Il y a aussi des aspects plus subtils : la négligence de ses parents, l’exploitation par ses camarades et par le proviseur, et la psychophobie intériorisée (elle finit par s’auto-dévaloriser).

De plus, c’est intéressant de montrer que les personnes surdouées sont aussi exposées (en tant que surdouées) à la psychophobie. En particulier le fait d’être considérées comme des « intellos » et exploitées pour ça (ce qu’on voit aussi chez Dalton).

Tara est considérée comme un démon par sa famille (NT), qui la traitait en esclave et souffre-douleur et essaye de la contrôler. C’est une métaphore de la psychophobie et de l’homophobie.

Tara subit de l’exclusion sociale et du mépris général à la fac (et probablement avant).

Comme Willow, Tara a fini par intérioriser tout ça. 

Tara sera victime deux fois d’abus psychologiques graves dans la série.

Anya est mal vue et mise un peu à l’écart, car elle ne comprend rien aux normes sociales et ne s’y conforme pas. Et c’était pareil il y a 1000 ans dans son village natal.

Dalton est exploité, frappé et menacé par Spike, et sera tué pour sa différence.

Marcie Ross devient invisible à cause de l’exclusion sociale.

Oz doit faire face à son inadéquation au monde des études et de l’emploi, faits pour les neurotypiques.

Buffy a été amenée à adopter un masque social, à être obsédée par la normalité et à cacher son intelligence.

Bref, la série nous montre de la psychophobie sous plein d’angles.

Les violences psychologiques

Tara subit des abus psychologiques, par Glory, puis par Willow. Ces abus sont commis par des moyens surnaturels (absorption d’énergie mentale, puis magie). Ces abus sont une métaphore d’abus psychologiques réels (ce que fait Willow évoque le gaslighting par exemple).

Le masque social de Buffy

Buffy a développé un masque social de bimbo inculte et pas très intelligente, alors qu’elle est clairement (très) intelligente (elle réussit très bien son BAC malgré des circonstances difficiles, elle est bonne stratège et tacticienne…).

C’est quelque chose de très courant chez les personnes surdouées et autistes (femmes en particulier).

L’inadéquation d’Oz au monde de l’emploi et des études

Pas besoin d’en dire plus.

L’effet plante verte

Ce thème est évoqué avec Marcie Ross, qui est complètement ignorée par tout le monde (elle parle aux gens et ils ne s’en rendent pas compte; personne ne se rappelle de l’avoir rencontrée…). Et cela la rend littéralement invisible. Elle n’est pas seule dans ce cas (on voit des dizaines d’élèves devenus invisibles dans une classe spéciale…).

Cette situation est une métaphore de l’effet plante verte (l’exclusion sociale qui consiste à tolérer la présence d’une personne dans le groupe, mais à ne lui prêter aucune attention, à ne jamais répondre à ses propos…). La série montre, en outre, la violence de cette situation pour la personne qui la subit.

L’effet plante verte concerne énormément de personnes neuroatypiques.

Une relative inversion des pouvoirs entre neurotypiques et neuroatypiques

Un aspect rafraîchissant de la série, c’est que non seulement il y a beaucoup de personnages centraux qui sont neuroatypiques.

Mais en plus, ce sont les personnages qui ont des pouvoirs. Willow et Tara sont des sorcières (Willow deviendra la plus puissante des sorcières et deviendra capable de magie sans réciter les incantations, et Tara voit les auras). Oz est un loup-garou (et deviendra capable de le contrôler). Buffy et Faith sont, évidemment, les tueuses. Anya a été pendant mille ans un démon de la vengeance, et le redevient temporairement.

Même Dalton et Marcie, très secondaires, ont des pouvoirs (vampire et invisible).

En fait, dans les personnages centraux humains, il n’y a que Joyce (la mère de Buffy), Cordelia, Dawn et Xander qui sont neurotypiques. Et ils n’ont pas de pouvoirs. Cordelia ne gagnera ses pouvoirs que dans Angel et non dans Buffy.

Je sais que Dawn est la Clé, mais ce n’est pas quelque chose qu’elle contrôle ou qu’elle peut utiliser. De plus, la Clé n’est activée qu’une fois. Donc en pratique, Dawn n’a aucun pouvoir (même si son origine est surnaturelle).

En plus d’être neurotypiques, ces quatre personnages incarnent des archétypes de normalité (chacun dans son milieu social). Cordelia est l’archétype de la fille très riche et populaire (reine du lycée). Xander est le mec normal de classe populaire. Dawn est l’ado américaine de classe moyene. Joyce est la mère américaine de classe moyenne. Les quatre sont blancs, cis, hétéros, valides, minces et dans la norme esthétique. 

L’absence de pouvoirs ne rend d’ailleurs pas les personnages de Xander, Cordelia, Joyce et Dawn moins intéressants, ce n’est pas le pouvoir qui fait la personne après tout. 

D’ailleurs, le fait d’être « la personne sans pouvoirs du groupe » sera important dans le développement de Xander et Dawn justement. Ils devront apprendre à vivre avec. Quant à Cordelia, elle gagne en profondeur dans la série, et sera centrale et très développée dans Angel.

Aprés avoir traité les personnages humains neuroatypiques, je vais maintenant parler de Glory et des « fous » qu’elle laisse sur son passage.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s